Michel Serres et le mariage gay

Michel Serres* :

« Cette question du mariage gay m’intéresse en raison de la réponse qu’y apporte la hiérarchie ecclésiale. Depuis le 1° siècle après J.C, le modèle familial c’est celui de l’Église, c’est la Sainte Famille. Mais, examinons la Sainte Famille, le père n’est pas le père : Joseph n’est pas le père de Jésus, le fils n’est pas le fils : Jésus est le fils de Dieu, pas de Joseph.

Joseph, lui, n’a jamais fait l’amour avec sa femme. Quant à la mère, elle est bien la mère mais elle est vierge.

La Sainte Famille c’est ce que Levi-Strauss appellerait la structure élémentaire de la parenté

Une structure qui rompt complètement avec la généalogie antique, basée jusque là sur la filiation : la filiation naturelle, la reconnaissance de paternité et l’adoption.

Dans la Sainte famille, on fait l’impasse tout à la fois sur la filiation naturelle et sur la reconnaissance pour ne garder que l’adoption. L’Église, donc, depuis l’Évangile de St Luc, pose comme modèle de la famille une structure élémentaire fondée sur l’adoption : il ne s’agit plus d’enfanter mais de se choisir. A tel point que nous ne sommes parents, vous ne serez jamais parents, père et mère, que si vous dites à votre enfant « je t’ai choisi », « je t’adopte car je t’aime », « c’est toi que j’ai voulu ».

Et réciproquement, l’enfant choisit aussi ses parents parce qu’il les aime.

De cette sorte que pour moi, la position de l’Église sur ce sujet du mariage homosexuel est parfaitement mystérieuse : ce problème est réglé depuis près de 2000 ans.

Je conseille à toute la hiérarchie catholique de relire l’Évangile selon saint Luc, ou de se convertir. »

*Michel Serres, né le 1er septembre 1930 à Agen (Lot-et-Garonne), est un philosophe, historien des sciences et homme de lettres français.

email

11 commentaires

  1. Libre Plume dit :

    De la sainte famille on pourrait dire que c’est une famille recomposée, mais quand même toujours avec une mère et un père – et surtout, mais là c’est la dimension mystique, uni dans un amour unique en Dieu qui les rassemble tous les deux, on pourrait dire qu’ils sont en Dieu par l’amour qu’ils portent à Jésus.

    Bon, mais à part cela, le mariage gay amènera forcément la question de l’adoption d’un enfant.
    Et là, s’il ne s’agit que de donner de l’amour à un enfant, personne ne va nier qu’un couple homosexuel peut tout à fait réussir cela.
    Mais, il me semble qu’il faut envisager cette question sous un angle différent. Un foyer se voit par l’amour distinct d’une femme et l’amour d’un homme. L’enfant peut se construire grâce à la différence de ces deux types d’amour qu’il reçoit. Deux amours complémentaires, un amour de femme et un amour d’homme. Là est tout la richesse il me semble.

    Et puis, pourquoi vouloir « copier » le « mariage », pourquoi pas un contrat qui peut se signer devant des élus assermentés ?

  2. claude Panossian dit :

    Merci « Libre Plume » pour votre prise de position raisonnable.
    Michel Serres déménage. Cela peut arriver avec l’âge, il ne faut pas lui en vouloir. En tout cas vous ne vous êtes pas laissée impressionnée par ce vagabond de la pensée. Votre poésie « nébuleuse » (pardonnez le caractère un peu condescendant de ma formule) ne vous empêche pas de penser juste alors que lui, sa pensée méthodique et exercée par l’université le conduit à des absurdités. Les premiers seront les derniers, ça se vérifie chaque jour.

  3. Libre Plume dit :

    @ claude Panossian

    Commenter un commentaire … ne vous donnez pas tant de peine. Ma … poésie est ce qu’elle est … et je me fiche de penser juste (merci au moins de m’accorder que je pense …).
    Quant à la forme du commentaire reprenant les éléments de base galvaudés des évangiles …. pffff
    Ca aurait été plus intéressant d’avoir VOTRE avis sur le texte, le reste …
    Cordialement

  4. lapindebois dit :

    Je note quand même qu’on voit peu de textes sur cette affaire de mariage homosexuel dans les médias alternatifs. Signe qu’il y a peut-être comme un malaise, comme si on sentait l’escroquerie sans oser la nommer.
    En ce qui me concerne, j’ose : ce projet de loi, c’est n’importe quoi. Le type même de débat qui ne sert qu’à cliver la société pour réactiver artificiellement une division gauche-droite qui n’a plus aucun intérêt. Ou comment renvoyer vers le parti de l’ordre tout un petit peuple qui devrait être à nos côtés pour mettre fin à la mondialisation capitaliste.
    L’Eglise catholique, franchement ! Elle vous a fait quelque chose, l’Eglise, depuis un siècle ?
    Quant à ce « mariage pour tous », il n’a d’utilité pour personne. Ni pour les homos, dont la plupart se fichent de se marier, ni pour les enfants, puisqu’il y a actuellement moins d’orphelins que de couples demandeurs.
    L’homophobie est certainement un mal contre lequel il faut lutter ; or les attaques contre la famille traditionnelle ne font qu’attiser l’hostilité contre les homosexuels. A se demander si ce n’est pas le but.

  5. marvel dit :

    Que de contresens du pauvre Michel Serre :
    La sainte famille est bien tout le contraire de ce qu’il indique :
    – La parentalité n’y est pas un droit mais un devoir.
    – Le fait que Marie soit vierge indique que le désir ne suffit pas à justifier la parentalité et que la pulsion n’est pas fondatrice de la famille.
    – le choix de Marie et de Joseph n’est pas d’un enfant parmi d’autres, ils n’ont pas choisi Jésus, ils choisissent « la volonté de Dieu » : « qu’il soit fait cela ta parole ». Donc à proprement parlé, ils ne se sont pas choisis.
    Eventuellement c’est le fils, par sa nature divine, qui choisit ses parents.
    Dans tous les cas c’est les droits de l’enfant que souligne la Sainte Famille et non un droit à l’enfant comme le défend le projet de loi sur l’homoparentalité.

  6. murcia dit :

    Je pense que interprétation de Michel Serres est au contraire très stimulante et nous montre comment un « dogme » peut être analysé d’un point de vue différent. Mais l’Eglise et ses points de vue (cf Galilée…) , c’est toute une histoire, n’est-ce pas ?

    Par ailleurs, que dire de la position des chrétiens sur le « Mariage pour tous », loin de celle de la hiérarchie ou bien des Eglises inclusives :
    http://www.nsae.fr/2012/12/28/manif-anti-mariage-pour-tous-du-13-janvier-2013/#more-8981
    http://blog.oratoiredulouvre.fr/2013/01/mariage-pour-tous-ce-qui-nous-inquiete/

  7. murcia dit :

    Voici quelques interventions pour nourrir la réflexion sur le « Mariage pour Tous » :

    – un site général
    http://lemariagepourtous.info

    – Bcp d’interventions passionnantes lors des auditions à l’Assemblée nationale

    **Elisabeth Badinter
    http://www.youtube.com/watch?v=1zSqqrSofWA

    **Sur l’adaptation de la loi, Caroline Mécary est incontournable :
    son texte est remarquable
    http://avocats.fr/space/caroline.mecary/content/_9FA495B7-0F8A-4BF2-BD66-E8D44F57A51E

    ** sur un témoignage d’un enfant de couple de lesbiennes
    http://www.youtube.com/watch?v=I7INyZLJyjw

    **sur un débat TV entertainement avec Frigide Barjot égérie des anti face au raisonnement argumenté de Caroline Fourest
    http://www.youtube.com/watch?v=SUDa5PHJ3wg

    ** sur la psychanalyse et l’homoparentalité, ELisabeth Roudinesco
    http://www.youtube.com/watch?v=fO6Ka0uJ-2Q
    ou bien Serge Héfez
    http://www.youtube.com/watch?v=ctB6x6vthrc

  8. lapindebois dit :

    Ouh bé dites-donc, en voilà du beau monde !

    – Caroline Fourest, porte-parole de l’islamophobie de gauche, titulaire d’un y’a bon award (1), amie des grotesques Femen, qui « argumente rationnellement » à 6 contre un avec les crétins de la bande à Ruquier.
    – Elisabeth Badinter, 56e fortune de France (dont le pognon vient de la pub), qui réclame la légalisation des mères porteuses (2) et qui pense que « seule Marine Le Pen défend la laïcité » (3).
    – Caroline Mecary, avocate procédurière, chantre de la « gestation pour autrui » (c’est à dire la location d’un utérus), qui se scandalise que d’après la loi actuelle « si la femme qui a porté l’enfant refuse de le remettre aux parents d’intention ou si ces derniers refusent de prendre l’enfant, aucun d’eux ne peut saisir le juge pour demander à ce que la partie qui refuse d’exécuter son obligation le fasse » (4). En tout cas on comprend qu’une juriste spécialiste du droit de la famille se frotte les mains. Vu les imbroglios juridiques (5) en vue, en voilà une qui va se faire, si j’ose dire, des couilles en or.
    – Elisabeth Roudinesco, gardienne du temple de la psychanalyse, qui avait pété les plombs quand Onfray avait osé s’attaquer à Freud (6), et qui pense que les confrères qui ne pensent pas comme elles sont des « pervers » et des « inquisiteurs » dont les propos doivent être condamnés (7) (belle idée de la discussion scientifique et du débat démocratique).

    La question reste entière : comment des lecteurs de sites alternatifs peuvent-ils gober toute cette propagande qui rappelle le « débat » sur la constitution européenne ?

    (1) http://www.oulala.info/2012/09/caroline-fourest-lincendiaire-qui-crie-au-feu/
    (2) http://www.lepoint.fr/societe/le-plaidoyer-d-elisabeth-badinter-pour-les-meres-porteuses-19-12-2012-1604001_23.php
    (3) http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/09/29/elisabeth-badinter-en-dehors-de-marine-le-pen-plus-personne-ne-defend-la-laicite_1580125_823448.html
    (4) http://yagg.com/2011/09/01/exclusif-%E2%80%93-caroline-mecary-avocate-sur-la-gpa-%C2%ABle-gouvernement-et-ladministration-francaise-ne-peuvent-pas-continuer-sur-cette-voie%C2%BB/
    (5) http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=GuccvOVdZqU
    (6) http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/170410/reponse-de-michel-onfray-elisabeth-roudinesco
    (7) http://www.silvagni.fr/2012/10/05/elisabeth-roudinesco-mariage-pour-tous-les-nouveaux-inquisiteurs/

  9. Ginsburger-Vogel Sophie dit :

    En effet, depuis quand l’adoption est-elle une question sexuelle?! C’est uniquement une question affective… Une question d’amour.

  10. Ginsburger-Vogel Sophie dit :

    Autrement dit, sauf obsession très particulière et dont les motivations me semblent à élucider d’urgence, comment un être humain adulte et sain d’esprit peut-il se poser des questions sur la polarité sexuelle de deux parents, en regardant leur enfant?
    Le point de vue de l’enfant, en l’occurence, c’est celui d’une créature qui se retrouve enfin bercée, nourrie, aimée… Et elevée.
    Et de même que la sexualité de ses parents ne concerne jamais un enfant, elle ne nous concerne pas non plus.
    Le temps où l’on allait voir entre les draps si les mariages étaient bien « consommés » est révolu.
    Laissons donc à tous les humains le droit à leur intimité sexuelle, et préoccupons nous seulement d’une éducation non violente, et du respect de la condition non génitale des enfants: il y a là, il me semble, suffisemment à faire encore à notre époque.
    Se marier, se choisir devant Dieu et les hommes, est un besoin, pas un privilège.
    Adopter également, pour que se survivent les valeurs de chacun dans sa descendance.
    Le sexe des parents, comme celui des Anges, ne nous regarde pas, et n’interesse point Dieu, qui fait également les mères (et les pères) Vierges.

  11. Ralph EADIE dit :

    Dans un article intitulé « La saine famille », Michel Serres à écrit : «La Sainte Famille innove puissamment dans la société du temps en substituant aux liens naturels l’adoption, c’est-à-dire le choix, individuel et libre, par amour.»

    L’assertion de Michel Serres est-elle vraie?

    Pour répondre à cette question je considérerai la totalité de l’action divine d’insertion de l’humanité dans le commerce trinitaire (Création, Incarnation, Résurrection et Parousie) d’une part et d’autre part la place que cette assertion pourrait y avoir.

    La considération de la totalité de l’action divine amène à considérer que le Fils laisse librement l’humanité advenir sur lui et qu’ainsi Il est fait chair (passif selon le texte grec original de Nicée et aussi selon celui de Constantinople) de Marie (ek Mariam) par l’Esprit Saint (dia pneumatos agiou).
    Or la même Marie répond à l’Ange : « qu’il me soit fait selon ta parole » (egoito me : en grec, c’est un optatif qui exprime qu’elle s’abandonne par principe à tout ce qui pourrait lui être proposé SELON la mesure divine). De plus, l’évangile selon Mathieu met en scène un Joseph accueillant Jésus, avant tout par obéissance à l’Esprit du Père, et non pas selon son mouvement propre d’homme pécheur.
    On peut donc considérer que l’insertion de la personne divine du Fils, ayant laissé librement l’humanité advenir sur lui, on peut considérer que cette insertion du Fils dans une famille humaine est relative au rôle de l’Esprit du Père, avec la libre coopération et du Fils, et de Marie et de Joseph.

    En sorte que la nouveauté de la Sainte Famille concerne TOUS ses membres : le père, la mère et l’enfant aussi ; celui-ci choisit de naître (c’est assez peu courant!!!) et il se laisse adopter… avant la conception (là encore, c’est assez peu courant!!!) ! Tous les trois consentent librement au rôle de l’Esprit : deux personnes humaines, les parents, et une personne divine, l’enfant. C’est effectivement totalement nouveau.
    Mais c’est du « one shot » : cela ne pourra plus jamais être! Donc ce n’est pas une innovation sociétale.
    Alors, force est de constater que l’affirmation de Michel Serres, à la lumière de la vérité divine qui est toujours soumise à la possibilité d’une contradiction, force est de constater que l’affirmation de Michel Serres est fausse et relève plutôt de l’artifice de langage.

    Ainsi, qui considérerait la virginité de la mère de la Sainte Famille comme une innovation sociétale à reproduire? Cette virginité appartient à sa mission singulière et est relative à la personnalité divine de son enfant : c’est tout!!! Elle n’est pas « une innovation puissante dans la société du temps » qui jetterait l’opprobre sur l’union sexuelle de l’homme et de la femme en vue de la procréation : c’est pourtant ce à quoi nous conduit le raisonnement de Michel SERRES, appliqué cette fois à la question de la virginité!!!

    Peut-être le propos de Monsieur SERRES est-il marqué au coin de ses facultés déclinantes : nous avons tous des limites…

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.