Porter la crise au cœur du PS et des Verts

verts-psAvec un François Hollande qui a mené une campagne sur un programme envers lequel il ne se sentait aucune obligation de mise en œuvre, roulant dans la farine du mensonge et de la démagogie des millions d’électeurs, et de penser aujourd’hui qu’il peut en toute impunité échapper à une sanction à la fois morale et électorale…

Une Europe qui sera dans le meilleur des cas une succursale de l’hyper-puissance étasunienne (crise économique, crise financière, suprématie militaire et chaos) , et dans le pire, la victime collatérale d’une mondialisation qui n’a pas le temps de se pencher sur le sort d’un demi-milliard d’individus à l’automne de leur espérance de progrès et de justice…
Force est de conclure ce qui suit : à l’heure de toutes les capitulations, de tous les reniements et autres diversions ( « le mariage pour tous » en est une !), il n’est plus possible d’entretenir par nos votes des carrières de députés, de députés-maires, de sénateurs, de ministres et autres secrétaires d’Etat, de présidents de région, de département, tout un personnel politique au service d’une représentation qui n’arbore plus que les couleurs de carrières et d’ambitions sans projets et sans courage…

Aussi, une seule stratégie s’impose : porter la crise (finance et mondialisation) au cœur du PS et des Verts – alliance mortifère pour la gauche et pour toute idée d’alternative politique (1).

Porter la crise c’est faire vivre à cette classe politique PS-Verts ce que vivent des millions de foyers : la menace de la relégation pour les uns, et la chute pour les autres.

Aux prochaines élections, et à toutes les élections… sans exception, un vote FDG (2) ou d’extrême gauche s’impose donc pour affaiblir dès le premier tour le PS et les Verts, et la pêche à la ligne si le FDG ou l’extrême gauche ne sont pas présents au second tour, sans exclure l’éventualité de porter l’estocade avec un vote UMP si le PS ou les Verts sont en ballottage (3).

Il faut mettre à terre ce cancer de la non-gauche que sont le PS et les Verts. Les rats – ceux qui, élection après élection, ne se reconnaissant aucune obligation d’honorer leur programme de campagne – quitteront alors très vite le navire si ces deux partis n’offrent plus de perspectives de carrière politique.

Toute autre stratégie relève d’une naïveté qui n’a pas de place dans le combat qui doit être le nôtre aujourd’hui, ou pire encore, d’une tartufferie politique de plus.

             Car ce n’est pas un nouveau parti ou qu’il faut créer : ce sont deux partis qu’il faut abattre sans pitié et sans délai ! Seule condition  – avec un large soutien de la rue et une présence massive dans la rue -, de l’avènement d’une 6e République.

A vos bulletins de vote citoyens !

 ____________________

1 – Le PS et les Verts ont tout voté de cette Europe qui n’est qu’un instrument de plus à la disposition d’une mondialisation sans honneur et sans justice.

2 – Qu’il soit permis ici de préciser que nous n’avons aucune confiance dans le FDG et son leader Mélenchon qui soutient l’Euro et une Europe à 27, bientôt à 30 (plus on est nombreux moins on a de place pour agir) , ainsi qu’un internationalisme aussi imbécile qu’inopérant (à vouloir défendre les travailleurs de monde entier, on n’en protège aucun !) ; ce soutien tactique au FDG relève simplement du bon sens étant donné la stratégie qui doit être mise en place.

3 – Que les centristes ne se réjouissent pas trop ; eux-aussi seront balayés car, appuyés par la rue,  seuls les partis et les stratégies virils survivront : ceux qui proposeront un nouveau projet européen pour la France dans une mondialisation d’alliances multi-polaires et pas simplement avec l’ogre américain qui s’avèrera très vite n’être qu’un boulet sans avenir excepté dans la perpétration d’un chaos planétaire. Que les USA emportent l’Europe avec eux dans ce chaos est plus que certain.

email

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.