A propos de la classe dominante…

N’y avait-il pas là quelque chose de prémonitoire ?
Extrait de « Sans concession » Page 115, chapitre « Aller retour ». René Balme, conversation avec Thierry Renard, page 115.
Publié à La Passe du vent. ISBN 978-2-84562-234-0. 13€

Do not lean-1Thierry Renard – La bourgeoisie d’affaires, actionnaire, propriétaire et financière, méprisante et triomphante, reste la classe dominante. Et, pour ma part, je me sens plutôt solidaire des classes laborieuses, des exploités, des chômeurs, des exclus, exilés et étrangers – en situation forcément irrégulière… Je me sens proche de tous les démunis de la terre, prolétaires et sous-prolétaires. Je parle leur langue, je bois leur vin et je mange le même pain qu’eux. Dans cette période meurtrie, où les « affaires » pleuvent et ternissent notre printemps, comment analyses-tu la situation, comment envisages-tu l’évolution des choses ? Notamment, après les aveux de Jérôme Cahuzac, suite aux éléments révélés depuis plusieurs mois par Mediapart, penses-tu que notre pays est véritablement au bord de la crise de nerfs et de régime ? Comme tu sais, à l’époque romaine, les notables qui avaient sali la république (je n’ose même plus utiliser la majuscule), pour laver leur honneur et sauver l’honneur de leurs proches, s’installaient confortablement dans un bain chaud avant de s’ouvrir les veines…

René Balme – Rassure-toi, ils ne s’ouvriront ni les veines ni se repentiront. J’ai parlé plus avant de la consanguinité qui existe au sommet de l’état. J’englobe, dans cette « équipe », les politiques, les affairistes, la presse et le show-business. Ces gens-là sont dans la toute puissance. Tout leur est dû et tout leur appartient. Ils sont particulièrement coupés de la réalité des choses et notamment de la vraie vie, celle dont tu parlais dans ton propos. Ils croient appartenir à la caste des intouchables et que rien ne peut leur arriver. Sauf qu’ils on oublié, dans leur confort et leur bêtise crasse, qu’il sont dans une jungle où chacun « la joue personnelle » et que c’est à celui qui dézinguera l’autre pour lui prendre sa place, sa femme, sa fortune, voire sa vie. Ils ne sont pas dans le monde réel, ne peuvent pas le comprendre, ne l’ont jamais fréquenté et je pense que, pire que tout, ils détestent le peuple qui leur permet d’exister.
Ce qui se joue, en ce moment, au-delà des affaires et de la crise qu’elles engendrent, pas seulement en France, c’est, je pense, la mise en place d’une nouvelle gouvernance qui pourrait être beaucoup plus totalitaire que ce que nous connaissons aujourd’hui. Le capitalisme a un projet de société. Écrit de longue date, il suppose, soit une instabilité politique permanente qui donne les plein-pouvoirs à l’administration – et l’Italie en est un exemple – soit un gouvernement ferme et stable capable de porter ce projet, à la Thatcher, sans faillir. Je ne sais pas ce que va enfanter la crise que nous traversons, mais à défaut d’instabilité chronique ou d’absence de gouvernance, il ne faut pas exclure la prise du pouvoir par les extrêmes droites qui, aujourd’hui, ont un discours policé leur permettant d’avoir une tribune médiatique au même titre que les autres formations politiques. Et il faut reconnaître que ces extrêmes droites fascisantes se sont appropriées un certain nombre d’idées traditionnellement portées par la gauche, de telle sorte qu’il devient de plus en plus difficile de les défendre quand on est véritablement de gauche, au risque d’être traité… d’extrémiste de droite, de rouge-brun. Au delà de la bataille des idées, il y a celle de la sémantique et de l’appropriation d’un vocabulaire qui devient fortement connoté. Cette appropriation du mot – qui a plus de valeur que celle des idées – est une stratégie particulièrement réfléchie et perverse, me semble-t-il, et qui doit nous interpeller, nous les poètes, les écrivains, car c’est de nos outils dont il s’agit.

 

email

PS. Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que son ou ses auteurs.
Le média en ligne www.oulala.info se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes. Toute réclamation doit être adressée à : oulala.net@wanadoo.fr. Vous pouvez également utiliser les forums pour donner votre point de vue.
Le média en ligne oulala.info accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site www.oulala.info sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) ou (copyleft) doit également être indiquée s'il y a lieu.

1 commentaire

    Laissez un commentaire

     

    La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.