Nouvelle étude : les « conspirationnistes » sont sains ; les suiveurs des gouvernements sont fous, hostiles

Par Kevin Barrett et HSN, le 12 juillet 2013

Dh.sharifi20130712040256270e récentes études de la part de psychologues et sociologues aux USA et au Royaume-Uni suggèrent qu’à l’inverse des stéréotypes des médias mainstream, ceux qui sont étiquetés « conspirationnistes » apparaissent plus sains que ceux qui acceptent les versions officielles des événements.

L’étude la plus récente a été publiée le 8 juillet par les psychologues Michael J. Wood et Karen M. Douglas de l’Université de Kent (Royaume-Uni). Intitulée « What about Building 7? A social psychological study of online discussion of 9/11 conspiracy theories » (Et pour le Bâtiment 7? Une étude socio-psychologique de discussions en ligne sur les théories de la conspiration autour des attentats du 11 septembre 2001, ndt), l’étude faisait la comparaison entre les commentaires « conspirationnistes » (pro-théorie de la conspiration) et « conventionnalistes » (anti-conspiration) sur des sites web d’information.

Les auteurs ont été surpris de découvrir qu’il est maintenant plus conventionnel de laisser des commentaires soi-disant conspirationnistes que conventionnalistes: « Sur les 2174 commentaires recueillis, 1459 furent définis comme conspirationnistes et 715 comme conventionnalistes. » En d’autres termes, parmi les gens qui commentent les articles d’information, ceux qui ne croient pas aux explications gouvernementales d’événements tels que le 11 septembre ou l’assassinat de JFK dépassent en nombre ceux qui y croient par un facteur de plus de deux contre un. Ceci veut dire que ce sont les commentateurs pro-théorie de la conspiration qui expriment ce qui est reconnu comme la sagesse populaire conventionnelle, tandis que les commentateurs anti-conspiration deviennent une minorité isolée.

Peut-être parce que leurs opinions soi-disant mainstream ne représentent plus la majorité, les commentateurs anti-conspiration ont souvent témoigné de la colère et de l’hostilité: « L’étude… a démontré que les gens qui favorisaient la version officielle du 11 septembre étaient en général plus hostiles quand ils essayaient de convaincre leurs opposants. »

De plus, il s’est avéré que les gens anti-conspiration étaient non seulement plus hostiles, mais fanatiquement attachés à leurs propres théories de la conspiration. Selon eux, leur propre théorie pour le 11 septembre – une théorie de la conspiration affirmant que 19 Arabes, aucun d’entre eux ne sachant piloter un avion efficacement, ont perpétré le crime du siècle sous la direction d’un mec sous dialyse dans une caverne en Afghanistan – était indiscutablement vraie. Les soi-disants conspirationnistes, par contre, ne prétendaient pas avoir de théorie expliquant complètement les événements du 11 septembre: « Pour ceux qui pensent que le 11 septembre était une conspiration du gouvernement, l’attention ne se porte pas sur la promotion d’une théorie en particulier, mais sur le démontage de la version officielle. »

Bref, cette nouvelle étude par Wood et Douglas suggère que le stéréotype négatif du conspirationniste – un fanatique hostile scotché à la vérité de sa propre théorie personnelle marginale – décrit avec précision les gens qui défendent la version officielle du 11 septembre, pas ceux qui la contestent.

De plus, l’étude a démontré que les soi-disants conspirationnistes discutent du contexte historique (tel que voir l’assassinat de JFK comme précurseur du 11 septembre) plus que les conventionnalistes. Elle a également découvert que les soi-disants conspirationnistes n’aiment pas se faire appeler ainsi, ou « théoriciens de la conspiration ».

Ces deux découvertes sont amplifiées par le nouveau livre « Conspiracy Theory in America » (La Théorie de la Conspiration aux USA, ndt) écrit par le politologue Lance DeHaven-Smith, publié plus tôt cette année par University of Texas Press. Le Professeur DeHaven-Smith explique pourquoi les gens n’aiment pas se faire traiter de « conspirationnistes »: le terme fut inventé et fait circuler par la CIA pour critiquer et railler les gens qui demandaient des comptes sur l’assassinat de J.F. Kennedy! « La campagne de la CIA pour rendre populaire le terme « théorie de la conspiration » et l’adhésion à de telles théories la cible de railleries et d’hostilité doit, hélas, recevoir le crédit d’avoir été l’une des initiatives de propagande les plus réussies de tous les temps. »

En d’autres mots, les gens qui se servent des termes « théorie de la conspiration » et « conspirationniste » comme insulte le font comme résultante d’une conspiration réelle, largement documentée et incontestée par la CIA pour étouffer l’enquête sur l’assassinat de JFK. Cette campagne, au fait, était totalement illégale, et les agents de la CIA impliqués sont des criminels; la CIA n’a pas le droit de mener des opérations domestiques, mais enfreint régulièrement la loi pour ce faire dans des opérations domestiques allant de la propagande aux assassinats.

DeHaven-Smith explique aussi pourquoi ceux qui doutent des explications officielles de « crimes importants » sont enthousiastes pour discuter du contexte historique. Il souligne qu’un grand nombre d’affirmations de conspirations se sont avérées être fondées, et qu’il semble y avoir des liens forts entre beaucoup de « crimes de l’état contre la démocratie » encore irrésolus. Un exemple évident est le lien entre les assassinats de John F. Kennedy et son frère Robert F. Kennedy, qui ont toutes deux pavé le chemin de présidences qui ont continué la guerre du Vietnam. Selon DeHaven-Smith, nous devrions toujours discuter des « assassinats Kennedy » au pluriel, parce que les deux meurtres semblent être des aspects du même crime plus large.

La psychologue Laurie Manwell de l’Université de Guelph est d’accord pour dire que l’étiquette « théorie de la conspiration » conçue par la CIA dérange les fonctions cognitives. Elle souligne, dans un article publié dans American Behavioral Scientist (2010) que les gens qui sont anti-conspiration ne peuvent pas penser clairement à propos de tels crimes apparents contre la démocratie que le 11 septembre à cause de leur incapacité à gérer des informations en conflit avec une croyance pré-établie.

Dans le même numéro de ABS, le Professeur de l’Université de Buffalo Steven Hoffman ajoute que les gens anti-conspiration sont typiquement la proie d’une « forte tendance à la confirmation » – c’est-à-dire, ils recherchent des informations qui confirment leurs croyances pré-établies, tout en se servant de mécanismes irrationnels (tel le label « théorie de la conspiration ») pour éviter des informations conflictuelles.

L’irrationalité extrême de ceux qui s’attaquent aux « théories de la conspiration » a été aptement exposée par les Professeurs en communication Gina Husting et Martin Orr de Boise State University. Dans un article de 2007, lu par la communauté scientifique et intitulé « Dangerous Machinery: ‘Conspiracy Theorist’ as a Transpersonal Strategy of Exclusion » (Machinerie Dangereuse: ‘Conspirationniste’ comme Stratégie Transpersonnelle d’Exclusion, ndt), ils ont écrit:

« Si je vous appelle conspirationniste, cela importe peu que vous ayez réellement affirmé qu’une conspiration existe ou que vous ayez simplement soulevé un sujet que je préfèrerais éviter… En vous étiquetant ainsi, je vous exclus stratégiquement de la sphère où la parole, le débat et les conflits publics prennent place. »

Mais maintenant, grâce à l’Internet, les gens qui doutent des histoires officielles ne sont plus exclus de la conversation publique; la campagne de la CIA vieille de 44 ans pour étouffer le débat en utilisant la raillerie « conspirationniste » est usée jusqu’à la corde. Dans les études académiques, comme dans les commentaires des articles d’informations, les voix pro-théorie de la conspiration sont désormais plus nombreuses – et plus rationnelles – que celles qui sont anti-conspiration.

Pas étonnant que les gens anti-conspiration ressemblent de plus en plus à des cinglés hostiles et paranoïaques.

Source : http://www.presstv.ir/detail/2013/07/12/313399/conspiracy-theorists-vs-govt-dupes/

email

10 commentaires

  1. domi dit :

    Excellent! Cela corrobore ce que je pensais (comme bcp d’autres) sur ceux qui accusent les autres de « conspirationnisme » pour les faire taire, mais je ne connaissais pas ces études, merci à Oulala!

    L’auteur écrit: « cette nouvelle étude par Wood et Douglas suggère que le stéréotype négatif du conspirationniste – un fanatique hostile scotché à la vérité de sa propre théorie personnelle marginale – décrit avec précision les gens qui défendent la version officielle du 11 septembre, pas ceux qui la contestent. »

    Je me suis rendu compte moi aussi que, lorsqu’on ne se connaît pas soi-même, lorsqu’on n’est pas conscient de nos zones d’ombre, on multiplie les projections c’est à dire qu’on accuse les autres de ce qu’on est ou fait.

    Il est impossible, même en étant très imaginatif, de sonder les noirs desseins ni d’imaginer les crimes et autres turpitudes commis par les gens qui nous gouvernent ou nous contrôlent dans l’ombre, mais parfois en écoutant ce dont ils accusent les autres on peut en avoir un aperçu.

    Poutine vient de le faire remarquer aux USA qui l’accusaient de fomenter des troubles en Ukraine : »Nos partenaires nous accusent de ce qu’ils ont coutume de faire! » a-t-il commenté avec sa sagesse habituelle.

    Dans ce cas-précis la communication fuitée de Nuland nous a donné la preuve de l’ingérence maléfique US en Ukraine, mais le plus souvent ces malfaiteurs effacent leurs traces.

    • Philippe dit :

      Une réalité depuis longtemps notée par n’importe quel observateur impartial. Le fait que des chercheurs et des experts en psychologie viennent le confirmer rassurera sans doute ceux qui souffrent de se croire « hors-norme », mais la réalité et l’observation attentive fait apparaître deux évidences: le public a depuis longtemps dû se résoudre à contester les medias mainstream en perdition tant l’insulte à son intelligence est patente et la norme, comme le rappellent utilement les sociologues, se définit d’abord dans la société civile, non dans les diktats cathodiques…

      En représailles, les manipulateurs capitalisent donc sur la diabolisation incantatoire, le délai de prescription, l’oubli, l’ignorance ou la lassitude.

      Ce n’est pas le moindre des paradoxes de notre société d’autoriser qu’en permanence, au nom de la Démocratie et de la Liberté, on viole l’une comme l’autre chaque fois que ces droits ne se résument pas à grandir les profits des plus nantis …ou de bénéficiaires opportunistes.

      • alain harrison dit :

        Bonjour.

        «« En représailles, les manipulateurs capitalisent donc sur la diabolisation incantatoire, le délai de prescription, l’oubli, l’ignorance ou la lassitude. »»

        Oui, les manipulareurs (selon: les manipulateurs sont parmi nous)ont une longueur sur nous, simple mortel.

        Je vous suggère la lecture de l’article suivant:

        Derrière un masque de respéctabilité et d’autorité, liquidateurs d’entreprises & licencieurs en série

        Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
        27 mai 2013
        Ken Magid, Carole A. McKelvey
        The Psychopaths Favorite Playground : Business Relationships (Le terrain de jeu préféré des psychopathes : les relations de travail)
        Traduction « c’était le mot qui me manquait pour désigner toute cette bande de cinglés » par VD pour le Grand Soir avec probablement un peu plus de fautes et de coquilles que d’habitude.
        AH__Vous reconnaîtrez l’homme et le parti.
        Extrait:
        «« Tous ceux qui ont été attirés initialement par l’idéologie originale prennent conscience qu’ils ont désormais affaire à quelque chose d’autre, quelque chose qui a pris la place de l’idéologie originale et qui se présente sous le même nom. La désillusion vécue par ces anciens partisans idéologiques est extrêmement amère.»»
        http://www.legrandsoir.info/lorsque-les-psychopathes-prennent-le-controle-de-la-societe.html

  2. alain harrison dit :

    Bonjour.

    Article intéressant.
    La CIA n’en rate pas une: la théorie du complot.
    Il y a eu, le démenti du: ufo 1947 roswell, ce qui a été l’élément déclancheur pour entretenir ce mythe, encore aujourd’hui….
    Il faut le faire quand même.
    L’entertainment et la propagende se mêlent bien, n’est-ce pas!
    Un article intéressant sur les nouvelles théories psychologiques:

    Pire que l’autre, la nouvelle science économique

    Longtemps, les économistes classiques ont élaboré leurs modèles comme si les humains étaient des machines à calculer. Echec. Nourrie de psychologie, l’économie dite comportementale étudie donc nos réactions et nos décisions afin de les anticiper. Et de les influencer par des incitations subtiles. Il suffirait en effet d’un simple coup de pouce pour remettre travailleurs et consommateurs sur le droit chemin.

    par Laura Raim, juillet 2013
    http://www.monde-diplomatique.fr/2013/07/RAIM/49330

    (L’artticle est complet)

  3. alain harrison dit :

    Bonjour.

    ««« DeHaven-Smith explique aussi pourquoi ceux qui doutent des explications officielles de « crimes importants » sont enthousiastes pour discuter du contexte historique. Il souligne qu’un grand nombre d’affirmations de conspirations se sont avérées être fondées, et qu’il semble y avoir des liens forts entre beaucoup de « crimes de l’état contre la démocratie » encore irrésolus. Un exemple évident est le lien entre les assassinats de John F. Kennedy et son frère Robert F. Kennedy, qui ont toutes deux pavé le chemin de présidences qui ont continué la guerre du Vietnam. Selon DeHaven-Smith, nous devrions toujours discuter des « assassinats Kennedy » au pluriel, parce que les deux meurtres semblent être des aspects du même crime plus large.»»»

    Le contexte historique, une vision globale de l’époque, les forces et les enjeux-d’intérêts sont à prendre en considération si l’on veut s’y retrouver dans le dédale de la mésinformation.

    En regard des troubles d’hiver au Vénézuéla, le contexte Ukrainien est un méchant casse-tête (pour moi). Je n’arrive pas à me faire une idée juste (trois prédateurs en présence: US,UE et la Russie !?!?).
    Mais en lisant l’article document historique (vérifiable):

    Crimes contre l’humanité : L’ultime retour des barbares
    Par Fethi Gharbi
    Mondialisation.ca, 06 août 2014

    ««
    « Invasions barbares » est une expression rejetée depuis quelque temps par les historiens allemands et germanophones. Ces derniers lui préfèrent le terme, moins péjoratif, de Völkerwanderung, qui veut dire « marche des peuples » ou « migration des peuples ». La plupart des historiens anglo-saxons parlent aujourd’hui de « Migration Period » pour évoquer cette longue et douloureuse agonie de l’empire romain. Mais tout est affaire de point de vue me diriez-vous.»»

    Ce texte « historique » devrait se retrouver dans les cours d’histoires appropriés.

    Nous sommes engagés dans la voie de la déshumanisation !?!?

    Destruction des ressources, de l’économie saine, des cultures….Monté du fascisme en Europe qui l’a pourtant subit !?!?

    Vraiment à lire.

  4. alain harrison dit :

    ««« Je me suis rendu compte moi aussi que, lorsqu’on ne se connaît pas soi-même, lorsqu’on n’est pas conscient de nos zones d’ombre, on multiplie les projections c’est à dire qu’on accuse les autres de ce qu’on est ou fait.»»»

    Moi aussi, et je dois dire qu’il est très difficile de s’éveiller à ce phénomène qui fait partie de notre nature, de notre condition d’humain (il ya les bonnes habitudes et celle moins claires…)

    L’éducation, qui est le socle de toute société, peut faire la différence.
    Et le politique pèse énormément sur les orientations. Soit que le politique relève du Peuple ou d’obscures instances.
    Donc Éducation ou instrumentalisation.

    L’article sur les psychopathes montre à quel point une poignée d’individus peuvent faire tort à n’importe quelle société et culture. Cela est bien démontré.

    De même, les réactions des populations dans diverses situations écono-politico-sociales.

    L’éducation doit développer le potentiel du questionnement chez tous.
    Mais, en regard des redites historico-erreurs à répétition, il semble que le questionnement soit bel et bien absent du paysage chez la plupart et que le conformisme (quelque soit l’origine) l’emporte.
    Exemple québécois: les dernières élections, comprenant les absentéistes (qui ne dit mot consent): 90% ont voté pour la pensée unique et 10% pour le changement !?!?
    Attention, c’est mon opinion, mais le PQ s’apparente plutôt au PS français.
    Pour moi, je trouve que les élections est un bon baromètre du niveau de conscience et donc, du niveau de questionnement chez mes concitoyens. Pour faire court.

    Un article intéressant sortie dernièrement dans le Devoir. Les samedi 30 et dimanche31 août 2014.
    Enseignement supérieur

    «Je veux être un esclave!»

    30 août 2014 | Réjean Bergeron – Professeur de philosophie|Éducation

    ««« Comme le fait remarquer Chris Hedges dans son livre L’empire de l’illusion, nos établissements d’éducation supérieure, sous la pression des techniques de management, ressemblent de plus en plus à des centres de formation professionnelle haut de gamme où les étudiants ….»»»

    http://www.ledevoir.com/societe/education/417231/enseignement-superieur-je-veux-etre-un-esclave
    Nos chers recteurs à gros salaires…Et ils sont reconduits, comme tout bon politicien qui se respecte.

    Qui se respecte. À faire un lien avec éthique, transparence……………loin loin devant l’intégrité et l’…

    Dans la même lignée, le livre de Jean-Marie Abgrall. Tous manipulés tous manipulateurs nous montre le principe du conditionnement manipulé ou de la manipulation du conditionnement.

    Les chapitre 1 et 9 concernent le principe et les « mécanismes » de la déshumanisation.

    Conformisme=banalisation=indifférence=déshumanisation.

    Un exemple de la « philosophie appliquée » de la pensée unique ancré dans les moeurs (allant de soi) de la plupart:

    Je suis une ressource disposable, et si je gagne la course de l’employabilité (selon l’échelle….) je serai récompensé: un bungalow sur le bord de mer équatorienne, un Harley (appartenant aux hells)..

    Comme quoi le colonialisme a repris du poil de la bête à travers le tourisme, mais si charmant.

    Le conformisme perpétue le système militaro-industriel-financier, et le politique est au premier chef.

    Nous les citoyens, nous votons.
    Le conformisme est l’éteignoire du questionnement.

  5. alain harrison dit :

    Bonjour.

    À la question, celle-ci en tout cas pour moi.

    Y a-t’il conspiration ?

    En regard de la monté systématique (les crises consolidants un peu plus sa position de domination) en puissance de la finance depuis le début de l’autre siècle.

    Pour moi il ne fait aucun doute.

  6. alain harrison dit :

    Bonjour.

    Je me dois de retourner sur le Vénézuéla.
    Y a-t’il conspiration?

    Et bien aller sur Venezuela info wordpress, ou Le Grandsoir
    http://venezuelainfos.wordpress.com/2014/05/29/%c2%a8cest-lheure-daneantir-maduro-le-reste-tombera-de-son-propre-poids%c2%a8-les-visages-reveles-du-plan-de-coup-detat/

    Venezuela : « C’est l’heure d’anéantir Maduro, le reste tombera de son propre poids » : les visages du coup d’État

    ««« « Il faut nettoyer cette porcherie, en commençant par la tête, profiter du climat mondial avec l’Ukraine et maintenant la Thaïlande », ainsi s’exprime l’ex-députée Maria Corina Machado, héritière d’un grand groupe privé vénézuélien et dirigeante locale de l’extrême-droite, dans un des mails échangés en mai avec le politicien Diego Arria, l’avocat Gustavo Tarre et des fonctionnaires états-uniens, dont l’ambassadeur Kevin Whitaker, en poste à Bogota. « C’est l’heure de faire des efforts, de procéder aux appels nécessaires et d’obtenir le financement pour anéantir Maduro, le reste tombera de son propre poids » ajoute Machado dans sa missive.

    Autre destinataire de ces courriels : le gouverneur de l’État de Carabobo, l’entrepreneur milliardaire Henrique Salas Römer : « Cher ami, mon accueil au Canada fut merveilleux et le soutien plus encore, là-bas au mois il n’y a pas de sénatrice brésilienne chaviste » lit-on dans ce courriel du 12 mai 2014. « J’ai franchi quelques pas que d’autres n’ont pas osé faire ».»»»

    http://www.legrandsoir.info/venezuela-c-est-l-heure-d-aneantir-maduro-le-reste-tombera-de-son-propre-poids-les-visages-du-coup-d-etat.html

    Et oui, on a, même au Canada, des petites visites.
    Mais qui reçoit la visite….?

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.