Panem et Circenses

37Du pain et des jeux. C’est la traduction de cette phrase en latin. Ce qui était vrai du temps de Rome l’est encore aujourd’hui et encore beaucoup plus. La fin de toutes les grandes civilisations s’est toujours accompagnée de la dévaluation des monnaies tout d’abord, mais aussi de l’obsession pour le sexe et la promotion et propagation des sports et de l’amusement (entertainment). En cela, les temps actuels correspondent au schéma vérifié historiquement.

Ainsi tous les empires se sont construits autour de politiques monétaires, et se sont écroulés par la corruption de ces politiques monétaires. Les sévères fluctuations dans les marchés des changes depuis plusieurs mois préfigurent les ajustements planétaires entre le poids respectif des pays, l’écroulement des USA avec leur chant du cygne sur le dollar et les dévaluations au Japon, qui forcent les autres monnaies dans la couronne asiatique et ailleurs à dévaluer de concert pour garder leurs exportations compétitives. Ça affaiblira les pays de la zone Euro.

L’empire américain, construit autour de sa supériorité militaire ayant permis son pétrodollar en 1973 et inversement renforcée par les pétrodollars, va mourir à cause de l’émergence des BRICS qui rend le pétrodollar caduque, inutile, superfétatoire et inopérant. Dans une tentative désespérée ces dernières années de conserver l’utilisation exclusive du pétrodollar pour régler les transactions de pétrole et obliger des réserves considérables en dollars, les États-Unis ont mené des guerres en Iraq, Lybie et ailleurs. C’était le jeu de Kissinger qui l’a négocié pour les États-Unis avec l’Arabie Saoudite en 1973, obtenu que le pétrole soit vendu par eux exclusivement en dollars contre une protection militaire et celle des Saoud, et que les prix grimpent astronomiquement ce qui a provoqué la même année le choc pétrolier. Mais s’il était facile pour les USA d’intimider Iraq et Lybie, et de les vaincre, c’est impossible de réussir avec la Russie. Dépenser de l’argent pour ses armées et l’industrie militaro-industrielle ne coûte rien quand on est riche grâce aux pétrodollars et à la capacité ad nauseam à imprimer à bon compte. Alors que le dollar va disparaître, les armées américaines auront moins de poids dans la géopolitique mondiale, OTAN y compris, affaiblissant militairement les USA.

La cabale veut une monnaie mondiale, et çà ne peut pas être le dollar. Il faut aussi éponger les dettes souveraines ce qui sera permis par les comptes de substitution créés à cet effet dans les SDR. Le Congrès vient d’annoncer ce 10 Décembre 2014 que le vote du plafond de la dette ne sera pas l’occasion de ratifier les modifications du FMI acceptées en 2010. Ce qui fait que c’est le fameux plan B des cabalistes qui va être négocié entre USA et BRICS, et çà va donc être sanglant de Janvier à Juillet 2015. Le règne du dollar étant fini, et son terme voulu par la cabale, celle-ci promeut les SDR et il faut pour cela que le prix du pétrole baisse énormément, pour minimiser les parts d’inclusion des producteurs de pétrole dans les quota des SDR du FMI. Le pétrole était voulu cher pour le règne du dollar et beaucoup moins cher pour le règne des SDR. C’est ce qui est fait en ce moment, non ?

Ce qui se passe derrière le rideau avec le reset du système monétaire mondial qui vient en 2015 et s’étalera jusqu’à 2018 est soigneusement caché au public et à la masse désorganisée par l’obsession du sexe et la promotion des sports et de l’industrie du spectacle. Vieille recette de la manipulation des masses. Il faut y ajouter le foin médiatique ridicule autour du rapatriement des otages, pour lequel le Président et sa clique attendent en se les gelant l’arrivée du vol à Villacoublay, ou le mariage pour tous. Hollywood, Michel Drucker et les soirées populaires et débiles de Patrick Sébastien entrent dans la catégorie des jeux du cirque modernes pour garder l’électeur heureux et déconnecté.

Dans la Rome antique on distribuait gratuitement du pain aux spectateurs des jeux du cirque pour les éloigner de la marche des affaires de l’état. Rien n’est changé aujourd’hui. On paie des millions aux joueurs de foot, on adule les acteurs et les chanteurs au point de leur demander leur docte avis sur les sujets les plus importants et on rapporte leurs moindres gestes ou prise de position, on suit les élections des miss et les présentations des mannequins maigrichonnes à la démarche porte-manteau. Franchement on s’en fout des avis de Yannick Noah, et les préférences diverses d’Yves Saint Laurent et de Jean Paul Gaultier nous indiffèrent.

Toutes ces distractions, au sens propre qui signifie qu’elles nous distraient malheureusement de l’essentiel, ne nous empêchent pas, surtout certains, de participer à la vie de la Cité, même si les taux d‘abstention dans les votes grimpent, au pro rata du ras-le-bol. Alors que le commun des mortels s’en fout, les négociations autour des SDR sont probablement l’acte des citoyens du monde le plus important pour leur avenir dans le siècle. À ce titre, l’indifférence de la masse désorganisée à s’y intéresser est démonstrative de l’immaturité citoyenne et nous coûte le pire asservissement aux dominants. Cette tendance mortifère s’accélère, n’augurant rien de bon et constitue les prémisses à un asservissement encore plus sévère et régulé. Plus que jamais, un sursaut citoyen est nécessaire.

 

Algarath

email

2 commentaires

  1. Khmslm dit :

    Merci les récits. Je voudrais savoirs de quelle livre faite vous allusion sur (Rome antique)

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.