Grèce, Europe et SDR, dans une dialectique hégélienne

Nazarbaiev-Monnaie-mondialeIl se dit et s’écrit beaucoup de choses diverses et variées, y compris radicalement contradictoires, sur la Grèce ces temps ci. Et par extension sur l’Europe. Peu ou presque rien dans la presse grand public sur leurs liens avec la perspective possible des SDR, un pas que nous franchirons avec toutes les précautions nécessaires.

Tout d’abord, quelques nouvelles de Grèce : Le Ministre de la Défense Grec, Panos Kammenos, a dit à la télévision grecque ce Mardi que si la Grèce ne réussissait pas à renégocier sa dette elle pourrait toujours regarder ailleurs pour obtenir de l’aide. « Ce que nous voulons c’est un accord. S’il n’y en a pas, si nous observons que les Allemands restent rigides et veulent exploser l’Europe, alors nous avons l’obligation d’aller vers un plan B, qui est le financement par une autre source. Cela pourrait être les États-Unis au mieux, la Chine ou d’autres pays ». Ainsi la Grèce annonce clairement son intention de se tourner vers la Russie ou la Chine et quitter le navire vacillant et qui prend l’eau de toutes parts de l’Europe. La Grèce, en compensation, a proposé à la Russie via Chypre des bases navales dans ses eaux. Quand la recomposition géopolitique est maniée comme une menace et une arme par la Grèce pour obtenir des concessions financières.

Voyons quelques opinions de la presse alternative. Selon certains éditorialistes de talent, comme Brandon Smith de Alt-Market ou JC Collins de Phylosophyofmertics parmi beaucoup d’autres, la ‘mise en scène’ soigneusement créée de toutes pièces de la Grèce et celle de l’Europe ne sert qu’à introduire en Octobre 2015 l’entrée en lice des SDR, dont la nouvelle version serait lancée par le FMI et la BIS (BRE). Les SDR des Brics financeraient la dette grecque. Les crises grecque et européenne seraient donc des mises en scène destinées à faire avaler les SDR par les masses consentantes, premier pas vers une unique monnaie mondiale et donc un gouvernement mondial. C’est une thèse possible, encore osée à ce jour. John Ward, de jawslog, et Jim Willie, tous deux sont d’avis que l’Allemagne quittera l’Europe avant le Grèce, et beaucoup d’analystes estiment que la France suivra.

Les oligarques hégémonistes ne sont pas les seuls à œuvrer pour la disparition des nations démocratiques. La société des Fabians (socialistes et globalistes), qui est Anglaise, considère que l’Europe est une « expérience à moitié finie » et qu’en conséquence elle nécessite PLUS de centralisation. Les globalistes de tous bords prétendent que les pays européens doivent abandonner toute souveraineté politique et économique au profit d’un gouvernement supranational qui ne soit pas dépendant d’élections des citoyens. Ceci était prédit dans l’article de « The Economist », un journal des Rothschild dans l’article célèbre « The Rise Of The Phoenix». Le pouvoir sur les masses aux mains d’un petit nombre. À noter que Keynes était Fabian, comme Tony Blair et Brown. Beaucoup de principes du Labor Party proviennent des Fabians. Elle est aussi en Australie avec « The Australian Fabian Society », au Canada avec « The Douglas-Coldwell Foundation », en Sicile et en Nouvelle Zélande. Les Fabians sont un « think tank » très puissants, bien réels et globalistes. Certains de leurs buts coïncident avec ceux de l’hégémonie, tous deux anglo-saxons et rappellent les liens étroits avec l’Angleterre qui, jadis, dirigeait le monde.

L’analyse d’un bon nombre d’analystes financiers et géopolitiques est que les banques de la zone euro seront intentionnellement menées à la faillite pour que le mécanisme de stabilité européen soit sollicité. Lequel MSE mènerait au « Sovereign Debt Restruturing Mechanism », géré par le Financial Stability Board et le FMI. Les pas vers les SDR. Avec l’entrée des SDR, le dollar perdrait sa place. D’ailleurs le Ministre des Finances Canadien, Joe Oliver, a dit récemment que le système basé sur le dollar US n’est pas voué à exister plus longtemps. C’est l’avis de Soros et de Rothschild, ainsi que de l’Institut Peterson, nid des hégémonistes anglo-saxons de la cabale. Allez sur leur site et consultez la liste des membres, édifiant ! http://www.iie.com/institute/aboutiie.cfm

Ceux qui veulent comprendre une des raisons pourquoi le dollar ne serait plus la monnaie de réserve mondiale doivent comprendre le paradoxe de Triffin, qui explique qu’une monnaie de change encourt des coûts énormes. Il est clair que relier les péripéties grecques et européennes avec les SDR semble tiré par les cheveux. L’aspect rassurant dans tout cela c’est qu’il ne faudra attendre que quelques mois à peine pour avoir la réponse. La nature et le nombre invraisemblable d’évènements récents pourraient cependant pencher en la faveur d’une hypothèse semblable nous semble-t-il. Là encore, la dialectique hégélienne serait appliquée par l’hégémonie, coutumière du fait. Problème créé de toutes pièces, désarroi des masses, « solution » miraculeuse apportée.

Les faits sont les éléments essentiels d’une prospective, les théories dont certaines peuvent sembler fumeuses sont encore au stade de l’opinion. Tenons nous surtout aux faits, sans ignorer que des opinions de toute nature foisonnent et qu’il vaut mieux les connaître, même si elles nous semblent exagérées ou invraisemblables. Tout cela me semble suffisamment plausible pour que je le rapporte. Du moins certaines grandes lignes le sont.

Pour ceux qui comprennent l’anglais, écoutons Alan Watts qui parle de « rien », qui semble en fait être « tout ». Lien donné en annexe, bonne écoute. Pour le coup ce qu’il dit est bien plus important que les gesticulations criminelles des hégémonistes et leurs rêves de pouvoir absolu.

Algarath

https://www.youtube.com/watch?v=ssf7P-Sgcrk

email

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.