La Grèce, après la dernière minute

Grèce22Avant l’heure, ce n’est pas l’heure, et après l’heure ce n’est plus l’heure. C’est ce qu’on dit, mais ça ne s’appliquera pas à la Grèce. Parce que, si trouver un accord est très important pour elle, c’est carrément vital pour l’Union Européenne, une affaire de vie ou de mort. Jusqu’où les Grecs vont-ils aller ? Jusqu’au bout, jusqu’à la rupture, jusqu’à l’explosion de l’Euro et de l’Europe s’il le faut et ils y sont contraints.

Plus de 60% du peuple grec est derrière son gouvernement pour ça, et on ira sûrement demain à la rupture dans les négociations avec l’Eurogroupe, qui finira par négocier ensuite sérieusement. C’est sous-entendu dans ce que vient de dire Yanis Varoufakis aujourd’hui dans la presse : « Notre position, basée sur la logique, est forte et conduira à un accord, même à la dernière minute voire après la dernière minute ». Plus loin que le bout du bout, c’est à dire au-delà. C’est ce qui arrive quand on pousse les gens à bout et même encore plus loin, très au-delà, qu’on exige une austérité mortifère, et qu’on piétine dans tous les sens la fierté nationale d’un peuple. Les Allemands ont répété à l’envi qu’ils ne « voulaient pas payer pour les Grecs, ni aider les pays du club Med ». Ils ont eu le beau rôle jusqu’ici, mais c’est fini.

Le sort du pays tout entier dépend de cette réunion de demain lundi avec l’Eurogroupe. Très soutenu par son peuple, Tsipras est prêt, flanqué de son Ministre Varoufakis et les deux font une redoutable équipe de négociateurs. Signe évident que de l’autre côté on a peur et on panique, Jacob Lew, le Secrétaire Américain au Trésor, a appelé Tsipras aujourd’hui pour l’exhorter à trouver un accord. L’hégémonie globaliste, les inventeurs de l’Europe et de l’Euro, savent que les Grecs sont capables de détruire leur œuvre et que c’est l’heure de vérité. Obama avait bien dit récemment qu’il fallait arrêter l’austérité imposée.

Le ministre Varoufakis s’est dit convaincu que « l’Europe sait conclure des accords honorables à partir d’honorables désaccords ». Il a parlé d’un niveau d’optimisme « important » à la veille de la réunion, lundi, des 19 ministres des Finances de l’Eurogroupe. Il est clair que les Grecs sont résolus à faire des réformes, mais elles seront contenues dans un nouveau programme dont Athènes aura cette fois la maîtrise. Gabriel Sakellaridis, qui s’exprime au nom du gouvernement grec, a renouvelé l’engagement formel de celui-ci à être « déterminé à honorer ses engagements vis-à-vis des électeurs » et a prévenu qu’il ‘ne poursuivrait pas le programme tel qu’il était jusqu’alors’.

Pour être clair sur les enjeux de lundi, le résultat des entretiens est déterminant pour un risque de sortie de la Grèce de la zone Euro, mais aussi pour la possibilité ou non de pouvoir honorer ses engagements financiers. Vendredi, le chef de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, s’était dit « très pessimiste » sur la possibilité d’un accord lundi. De son côté, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a également évoqué samedi la perspective de « négociations difficiles », en soulignant que « Le soutien du peuple grec sera de nouveau notre force ».

On a d’un côté des technocrates non-élus de Bruxelles qui défendent les intérêts des globalistes et des banquiers, et de l’autre côté la détermination inflexible de tout un peuple. On prend les paris…

Preuve que les oligarques y compris Grecs sentent le vent du boulet, l’ancien Premier ministre socialiste Georges Papandréou, qui avait été pourtant le premier à accepter en 2010 que la Grèce soit mise sous programme d’assistance, a écrit aux 28 dirigeants européens pour leur demander de trouver « un accord mutuellement profitable ». Tout ce beau monde qui avait enterré le peuple grec redoute qu’après le vent de la colère l’affaire se termine très mal. C’est le seul atout, mais de taille, dans la manche des Grecs.

Il ne faut pas que la rupture fasse peur aux Grecs. Toute négociation passe par une rupture et c’est pour ça que le vrai résultat attendra encore un peu.

Algarath

email

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.