Actualité: schizo-axiologie de l’idéologie impérialiste ploutocratique…

Par Camille Loty Malebranche

 

venezuela-usa-flagsMoraliser même en mentant, pillant et agressant, demeure la méthode d’autojustification et le jeu de supériorité axiologique des grands prédateurs de ce monde.  (Oligarchie étasunienne et Pouvoir vénézuélien)

Quand j’entends la stigmatisation du Venezuela de Maduro par le président Obama je n’ai pu ne pas y percevoir le vieux cri primitif opérant comme un délire, un réflexe maladif des prétextes impérialistes de l’occident qui intervient et colonise pour le bien des peuples… C’est en fait la résurgente aventure du damné masqué en prêcheur, du loup ravisseur déguisé en pâtre; une ruse de séduction savamment planifiée par les malfaiteurs avérés, les monstres de l’histoire du nord contre le sud, pour maintenir ou renouveler leurs méfaits contre les peuples.

En quoi les États-unis d’Obama serait-ils démocratiques, au point de se vouloir porte-étendards des droits de l’homme? Ici, nul ne doit perdre de vue le projet de chaos caressé par les Usa pour reprendre dans leur giron le Venezuela qui s’en était émancipé depuis Chavez. Non, il n’y a pas de leçon démocratique qui puisse venir des Usa d’aujourd’hui, pas plus qu’à l’époque des occupations directes aux pays continentaux, telle celle d’Haïti dont la réserve d’or fut systématiquement vidée par les voraces yankees. Force est de se rappeler que cette géopolitique financière criminelle exterminatrice,  directement interventionniste fut orchestrée par l’immonde crapule que fut Wilson, politicard voyou, vendu aux banquiers, lequel, après avoir ruiné et endetté les États-unis par la transmission du pouvoir étatique de créer l’argent en circulation au pays à des sociérés privées et de riches particuliers, s’est mis à vouloir combler sa faute en pillant directement les pays de l’Amérique pour renflouer l’économie ravagée, dilapidée par la dette aberrante, absurde et fictive envers les susdites institutions financières privées, devenues créancières de la nation et de l’État étasunien empruntant son propre argent à des particuliers.

Non, les Usa d’aujourd’hui ne peuvent faire de leçon à quiconque alors que le pays lui-même est en proie à la montée du racisme en plein vingt-et-unième siècle, alors que les meurtres à répétition de jeunes mélanodermes, ne sont que la pointe visible de l’iceberg de la multiple crise sociale, économique et démographique. Non, les Usa avec leur assassinat de sans-abri, comme pour exterminer les déclassés du capitalisme, n’ont rien à apprendre à personne sur la justice ou la démocratie…

Les peuples occidentaux doivent conspuer cette posture des idéologues à proclamer des valeurs auxquelles, leurs oligarchies proclamatrices ne croient pas.

Nul ne peut ignorer les impostures de la droite étasunienne qui magnifie Netanyahu si intumescent voire dédaigneux envers le président étasunien Obama attaqué, malgré son statut de premier citoyen de l’État, jusque sur sa nationalité par certains racistes de ladite droite… Lequel Netanyahu ayant récemment visité les Usa, non pour rencontrer le gouvernement en exercice mais pour voir des secteurs de la droite extrême. L’on sait aussi que le président Obama s’est lui-même, malgré les entorses de Netanyahu vis-à-vis de sa personne, soumis aux desideratas financiers des sionistes, au point, que selon Samantha Powers, ambassadrice des États-unis à l’Onu, l’administration de l’actuel président ait dépensé sur les six dernières années, 20 milliards de dollars subtilisés au contribuable étasunien, afin de soutenir la « sécurité d’Israël », comme pour courtiser l’Aipac, le puissant lobby juif étasunien.   

Trouble d’axiologie dissociative d’une politique.

Quoi de plus pathologique qu’un monde singeant au jour le jour, des valeurs qu’il viole et piétine en osant les proclamer comme emblème de son essence! Devant le tissu d’incohérences morbides que brandissent les représentants des « valeurs » occidentales à grands coups d’effets médiatiques mainstream comme par manière de fantasmagorie pour créer et entretenir un univers virtuel de faussetés plus grandes que nature, plus tangibles que la vérité par la factice réalité, l’occident s’est sciemment et définitivement relégué par choix dans une schizo-axiologie déstabilisatrice du mental de ses désinformés.

Hormis les mensonges idéologiques intérieurs aux États, notamment par les fausses arcanes de la finance et de la dette publique, toute la politique nord-sud pue le mensonge des dominateurs, référant à un cinglant peaufinage du faux arrogamment claironné et imposé pour paraître vrai.

Moraliser même en mentant, pillant et agressant, demeure la méthode d’autojustification et le jeu de supériorité axiologique des grands prédateurs de ce monde.

Les oligarchies du nord, charons pécuniaires du monde.

Les oligarchies séquestrent les richesses des nations et rançonnent la planète. Des structures du pouvoir fusent leurs excès qui annihilent les droits économiques des peuples rendus hommes et femmes de peine utilisés pour la jouissance des cossus et la complaisance des États déviés, dénaturés par la corruption des gangs politiciens. Les élus sont pour la plupart subvertis en masque de légitimation démocratique des prédateurs oligarchiques.

La face du monde est de plus en plus, non celle des puissances étatiques qui le composent ni même d’une civilisation en conflit avec d’autres, mais d’oligarchies planifiant leurs projets interventionnistes et imposant leur diktat à l’État qu’elles font exécuter leur dessein contre les peuples.

Entre les matamores aux pulsions morbides tels les sionistes et les oligarchies financières, le charon du bellicisme interétatique transforme les États impériaux séquestrés par les oligarques ploutocrates, en nautoniers d’une politique planétaire exterminatrice. L’agressivité létale d’un ordre du monde inhumain est désormais la seule tronche lugubre qu’offre le capitalisme invasif et néocolonial d’aujourd’hui.

Sots très sots qui se fieraient au péan démocratique de nos gouvernements larbins gesticulateurs d’oligarques organisés qui programment et entretiennent le chambardement des valeurs pour les reproduire dans le discours de la propagande hypermédiadisée. Nous sommes en face d’un tissu de mensonges où nos démocraties, ainsi dénommées, se falsifient, se démentent et pataugent dans la tyrannie moderne des servitudes inavouées.

Barbarie et contresens sont au faîte de la civilisation, les discours hyperidéologisés sans le paraître n’existent que pour dissimuler l’incohérence de fait du système déstructurateur du sens, ostraciste de  toute humanité.

http://intellection.over-blog.com/2015/03/actualite-schizo-axiologie-de-l-ideologie-imperialiste-ploutocratique.html

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

email

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.