Nous, au-delà de la crise grecque

equipeIl est normal que beaucoup d’entre nous aient du mal à situer ce qui se passe en Grèce dans le contexte de leurs propres libertés et de leur avenir. Les globalistes jouent sur cette incapacité pour faire avancer leurs pions, tirant parti de la confusion ou du manque d’intérêt de la chose. En définitive, que ce soit la Grèce qui va contribuer à la dislocation de l’Europe n’est guère important, ça pourrait être n’importe quel autre pays de l’Union Européenne. D’ailleurs, d’autres pays membres devraient suivre, il suffit de voir les indices concordants lors des élections un peu partout en Europe. Des indices assurément alarmants pour l’hégémonie dirigeante.

Quel est le drame qui se joue devant nous ? Quel est l’espoir pour notre avenir ? On n’essaiera pas d’expliquer pourquoi tant de citoyens européens passent à côté des enjeux, quand on connaît l’efficacité de la propagande étalée dans les medias aux ordres des élites globalistes de la cabale. Goebbels savait à merveille manipuler l’opinion, et on sait les crimes commis à l’époque, même si aujourd’hui il ne s’agit pas que de crimes mais surtout d’influence et de mainmise sur un électorat floué, dans l’attente de la disparition de toute velléité ou de possibilité de vote. Nos votes sont manipulés, pour qu’un jour nos votes deviennent illégaux, une règle qui sera édictée par nos dominants, leur progéniture, et leurs serviteurs zélés rémunérés en conséquence. Ce danger est méconnu par une majorité de citoyens aujourd’hui, et encore une fois cela plante le terreau qui permet aux élites de prospérer honteusement.

Revenons à la Grèce, puisque c’est elle qui est aux avant-postes de la problématique principale de l’humanité en ce XXIème siècle : la lutte finale entre la démocratie, face à l’euro mercantilisme qui veut tout faire fondre dans le même moule, et déboucher à terme sur un gouvernement mondial totalitaire. La vrai réalité des gens, étouffée jusqu’à en crever par la modélisation lointaine et approximative d’un gouvernement supra national de gens non-élus, mis en place par une cabale qui veut tout diriger avec ses directives, ses amendes et sa façon de voir les choses. Les cerveaux financiers ordo-libéraux de Bruxelles et de Francfort sont là pour appliquer leurs diktats inflexibles. Mais la réalité morale de l’économie humaine, issue de lois naturelles, est ontologiquement plus forte que la spéculation financière et politique sur les modélisations approximatives du réel abstrait de la comptabilité monétaire. Avoir conscience de l’ontologie, c’est remettre leurs vraies valeurs à leur place, voir le dictionnaire pour l’illustrer et en saisir le sens.

Pour exemple, Wolfgang Schäuble représente l’ordo-libéralisme de la classe moyenne allemande qui ne renoncera jamais à la rente monétaire de l’Allemagne acquise par la monnaie unique. Yanis Varoufakis est élu sur un programme de gauche. Schäuble devient l’allié des hégémonistes et exige d’imposer le rigorisme virtuel de la finance. Comme si la réalité n’existait pas, comme si les Grecs n’avaient pas voté pour la restauration d’un État grec qui soit au service du bien-être commun à tous. Tant que le gouvernement Syriza est soutenu par l’opinion publique grecque et qu’il reste moralement fidèle à ses engagements il reste le seul à maîtriser la réalité. La victoire est à ce prix.

Si le gouvernement grec réussit à ne pas se faire acheter par les hordes de lobbyistes qui l’assaillent au quotidien avec l’argent gratuit des banques, les autres gouvernements de la zone vont basculer progressivement dans le réalisme monétaire les uns après les autres. Le réalisme de l’économie au service des gens, la seule qui soit naturelle et légitime, s’imposera aux politiques au cours de l’année 2015 au fur et à mesure des élections gagnées par les « partis extrémistes », tels qu’ils sont catalogués par la doxa actuelle.

Ce sera à ce moment là que l’avenir de nos votes, et le notre, sera protégé. À défaut, l’avenir qu’on nous prépare n’a rien d’attractif. En prendre conscience, c’est le début d’une résistance salutaire, et la promesse d’une résurrection, tant il est vrai que la situation actuelle annihile nos libertés futures.

Algarath

email

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.