Actualité: Charlie hebdo, un humour de racisme thanatomane.

Par Camille Loty Malebranche

HumourMise au point sur cette caricature haineusement méchante de Charlie hebdo.

 

Se réjouir de la camarde qui frappe des humains considérés sans importance, rire de la mort tragique d’autrui en représentant précisément cette mort avec moquerie comme pour s’en repaître dans une pulsion de haine, n’est rien d’autre que ce que j’appelle de la thanatomanie (le vocable de nécrophilie ou thanatophilie ayant un tout autre sens qui tient du sexuel). Thanatomanie, pathologie de la posture festive irrationnelle devant la mort d’autrui sans que ce soit pour une vengeance, la cessation d’une pratique ou une délivrance que cette mort apporte. Le thanatomane est un monstre inavoué se réjouissant de la mort quelle qu’elle soit de ceux qu’il abhorre irrationnellement, discriminatoirement. Comme monstre, le thanatomane savoure la mort terrible, tragique de ses détestés, lui, qui, sans rien avoir à reprocher personnellement auxdites victimes de mort tragique, cultive la manie de jouir par méchanceté de ladite mort tragique quand celle-ci frappe des membres de catégories humaines ciblées par discrimination. Une presse thanatomane comporterait un ou des médias fienteux qui s’évertueront à faire de la mort des membres de catégories humaines abhorrées par complexe de haine tel le racisme et la xénophobie,  la risée d’un certain lectorat taré.   

 

En regardant la caricature de Charlie hebdo se moquant des naufragés sous le pitoyable et combien méchant titre « regroupement familial en Méditerranée », il m’est d’abord venu à l’esprit le dégoût interrogatif à savoir : Quelle presse de quelle idéologie thanatomane peut se permettre de conspuer par la moquerie la plus sale, la plus immonde, des victimes d’une catastrophe humaine? Mais vite, je me rappelle que pour certains dégénérés truands dits journalistes, l’assouvissement des bas instincts de haine prime tout, et ils s’y adonnent allègrement, sinistrement en les distillant dans les mots et la graphie, eux, chez qui l’évocation de la détresse humaine des faibles, est toujours caricaturale. Pour le caricaturiste en quête de déclencher les répugnants ricanements de foules, même baisser son froc en plein journal peut être jugé choix lucide et pragmatique! Et quand nous savons à quelles pulsions populacières de xénophobie et de racisme la caricature de Charlie fait allusion, l’on appréhende jusqu’où la lâcheté de Charlie Hebdo, s’associe à la crapulerie de l’insulte facile des écrasés du sort, sort auquel, en cette occurrence précise, la France est pleinement partie prenante, vu son bellicisme exterminateur qui a pulvérisé la Libye prospère de Kadhafi pour en faire un amas de ruines sur un territoire morcelé, déchiré par des factions. Mais ça, c’est une autre question, la démocratie à la française semble bien se nourrir du chaos des pays démocratisés par des bombes, chaos en tout point profitable à des pétrolières et à des sionistes du type de bhl…

 

La lâcheté de Charlie hebdo, est que jamais ce journal ne se moquerait de la détresse des juifs dans les camps nazis, aucun caricaturiste de Charlie n’aurait à l’idée d’en faire rire par des représentations désobligeantes, blessantes. Aucune crapule – car il faut appeler un chat, un chat – de Charlie n’aurait les couilles de même nous présenter des patrons de banque en chiens avides en train de manger des dollars et de se les mettre partout. Alors pourquoi l’ignominieuse caricature sur les naufragés essentiellement arabes et noirs de la méditerranée ?!

 

Je sais que pour les bouffis, les moins que rien racistes qui, malheureusement, prolifèrent encore avec leur essentialisme nationaliste et ethnique, et qui croient qu’ils sont les seuls humains sur terre au point de devoir instrumentaliser toute population ou personne différente par la peau et l’origine, les peuples du sud dont vivent pourtant encore bien des parasites du nord, sont des choses, ou au mieux, des singes; toutefois, ce genre de crapulerie serait acceptable si elle restait assignée à l’intimité putride des charognards et des malades qui se l’imaginent et s’y adonnent. Car en aucun cas, la liberté de la presse ne devrait se permettre d’être inhumaine, cruelle et haineuse, stigmatisant des gens en détresse…

 

Quand dans son mental putréfié, excrémentiel, le raciste se conçoit supérieur par l’épiderme, c’est comme si un singe albinos narcissiquement gonflé de son albinisme, se mêlait d’en jouer comme par singerie insulteuse des autres primates qu’ils croient singes inférieurs parce que autrement colorés. On devine aisément que l’astigmatisme intellectuel de ce cas d’albinisme mental, noie toute intelligence emmétrope et enclenche un état proche de la cécité, faisant croire au singe albinos malvoyant qui discerne sa propre ombre portée, que c’est l’autre qui est simiesque, ignorant que c’est en fait sa propre face sombrement patibulaire qu’il voit gesticuler et faire le pitre.

 

Heureusement que la France profonde, la vraie, a des réserves d’hommes et de femmes qui refuseront toujours de patauger à cette fange mentale, cette puanteur de la méchanceté vile et gratuite qui se cache derrière une prétendue liberté pour manifester ses ignominies et ses salissures haineuses.

 

En terminant ce billet, ma peur, est que ce type de malpropretés, ce glaviot vicié à la Charlie hebdo, ne serve qu’à perpétuer et à nourrir les haines entre les différences dans un pays qui est et restera multiethnique.

 

Lorsque cruellement certains dégénérés racistes dits journalistes, agresseurs médiatiques, s’érigent extrémistes de la fumisterie méchante contre des groupes humains en détresse qu’ils stigmatisent, cela pave la voie à des violents qui peuvent s’en inspirer et y trouver justification à leur propre pulsion de haine, elle aussi injustifiable, pour se manifester à leur tour, des extrémistes de la colère et de la vengeance.

 

Avec Charlie hebdo nous constatons que la racaille la plus infecte, hélas, est de tous les milieux et que la presse n’en est guère exempte ! Et si comme tant d’autres, lorsque les criminels ont frappé chez Charlie, j’avais éprouvé de l’empathie humaine malgré mon désaveu implacable de cette sottise d’arriérés qu’est le blasphème, je ne puis aujourd’hui m’empêcher de crier, au nom de tous les proches des récents morts noyés de la méditerranée: honni soit le vil, l’inhumain Charlie et sa thanatomanie!

http://intellection.over-blog.com/2015/04/actualite-charlie-hebdo-un-humour-de-haine-et-de-xenophobie-raciste.html

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

email

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.