DSK : La voix de la raison

786103-dominique-strauss-kahnIl a été jugé, il a payé dans un cas et a été blanchi dans l’autre. Il est redevenu un citoyen comme un autre, à l’exception du fait qu’il est exceptionnellement doué en économie, et que son expérience à haut niveau est unique. Il a brillamment réussi en tant que Ministre des Finances et Patron du FMI. Aussi est-il parfaitement justifié de prendre son avis sur des sujets majeurs comme la Grèce et de le considérer.

DSK vient de s’exprimer, et son avis est sage et pertinent. Il apporte la solution, et tout y est dans son diagnostic. La solution qu’il présente tranche avec les imbécillités de la Troïka et leur hargne à finir de couler la Grèce. Remarquons, pour ceux qui connaissent bien le dossier, que la solution de DSK est à l’identique de ce que propose Syriza.

Écoutons Monsieur Strauss-Kahn s’exprimer sur le sujet : « Le FMI a fait des erreurs et je suis prêt à prendre ma part de responsabilité. « Le diagnostic du FMI a négligé le fait que la nature inachevée de l’union monétaire européenne était à l’origine de tout le problème et aurait dû être un élément essentiel de sa solution. Le FMI a aussi sous-estimé la profondeur des faiblesses institutionnelles de la Grèce. Je crois que nous avons besoin de penser différemment, de changer de logique et de prendre une direction radicalement différente dans les négociations avec la Grèce. Ma proposition est que la Grèce ne reçoive plus aucun financement nouveau de la part de l’UE comme du FMI mais qu’elle bénéficie d’une très large extension de la maturité et même d’une réduction nominale massive de sa dette. Fournir plus d’aide pour seulement rembourser les créanciers publics existants est tout simplement inepte. »

Tout est dit, brillamment, avec sagesse. Plus de financements additionnels, une réduction de dette et un long étalement du solde. Ce n’est pas l’objet ici et aujourd’hui d’élaborer sur un retour de DSK en politique. Disons simplement que les épreuves qu’il a subies n’ont pas altéré la clarté de ses pronostics, dont la justesse tranche avec la bouillie de chat pondue par nos élus ainsi que par les non-élus de Bruxelles. Leurs agendas cachés et leur soumission au rêve européiste pour certains ou aux ambitions américaines pour d’autres, ainsi que leur dévotion à servir la ploutocratie des banquiers chercheurs de rente et consorts explique leur incapacité à s’entendre avec les Grecs. Si le beau rôle revient à ceux-ci, la sagesse est incontestablement dans le camp des dirigeants actuels du pays, prônée également par quelqu’un qui vient de passer par la case prison mais dont la haute valeur est intacte.

Tout compte fait, et sans s’engager sur un sujet délicat et encore trop récent, DSK peut encore servir la politique pourrait-on croire. Encore disqualifié aujourd’hui, le sera-t-il éternellement ?

Algarath

email

2 commentaires

  1. Byblos dit :

    C’est peut-être cette même rigueur intellectuelle qui lui a valu cette sordide exploitation d’un tempérament un peu trop chaud, disons.

  2. Paul Napoli dit :

    Bonjour JP,
    J’ai défendu DSK dans l’affaire du Sofitel a New-York.
    Qui était derrière ce complot ?

    Mais j’ai vu rouge dans sa « lettre aux allemands »
    « la Méditerranée comme notre mer intérieure »
    Vraiment ?
    « C’est là pourtant qu’est le berceau de notre culture. C’est lui qui apportera à la vieille Europe le sang neuf des jeunes générations. »
    Joli programme.
    https://espritlogique.wordpress.com/2015/07/21/dsk-critique-le-diktat-impose-par-lallemagne-a-la-grece/
    Je pense qu’il est très intelligent pour la finance/économie mais en même temps il a un problème…

    il peut servir pour l’économie/finance mais attention pour le reste car il peut délirer.

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.