Europe 2015: L’année de tous les dangers

map-europeDes problèmes et des incertitudes, il y en a partout dans le monde. Néanmoins, en passant en revue les sources de déstabilisation, de renversements politiques et de guerres larvées ou déclarées, c’est incontestablement l’Europe qui remporte la palme de la zone géographique la plus agitée pour l’année en cours, ce qui déborderait bien évidemment au-delà de cette fin d’année.

À tout seigneur tout honneur, d’abord la Grèce, où on s’amuse beaucoup (il n’y a pas de quoi pourtant) de l’erreur de lecture des médias et de certains politiciens (Sapin ou l’inénarrable Moscovici par exemple, lequel ne s’améliore pas plus à Bruxelles qu’au Gouvernement Français où il a sévi), qui consiste à prétendre qu’un accord est sur le point d’intervenir. Foutaises, billevesées, wishful thinking et manque de discernement. Alors que la sinistre Troïka grignote des points mineurs, qui pourtant enfonceraient la Grèce un peu plus, les Grecs, eux, veulent un règlement définitif de la dette, incluant abandon partiel de créances et étalement sur une durée très longue du solde. L’Allemagne dit : Signez maintenant, et on verra plus tard si on refaçonne la dette, genre : demain on rase gratis. Évidemment, les Grecs ne sont pas dupes. Bref, à ce jour, on est aux antipodes d’un accord. L’opinion publique grecque admet maintenant très largement que la Troïka veut un règlement politique du conflit et supporte de plus en plus les actions de Syriza. Cet autisme européen risque de finir par un beau défaut, une brèche où la Russie et la Chine s’engouffreraient avec délice et atouts géopolitiques d’envergure. Les jours prochains seront riches de montagnes russes, et de risques de chute des marchés d’actions européennes et d’obligations souveraines sur la zone. On peut anticiper une chute très possible de l’Euro, et 20 à 30% de crash boursier avec en plus quelques points annuels sur les rendements obligataires. De plus comme la Fed envisage d’augmenter les taux courts à .5% cette année, 1.6% en 2016 et plus après, la crise systémique mondiale va contaminer l’Europe dans les deux ou trois années à venir.

Sans être aucunement un Cassandre et un oiseau de mauvais augure, jamais les risques n’avaient été à ce point de rupture sur ce continent. Bourse, Euro et obligations font face aussi à d’autres périls en vue. Podemos en Espagne d’ici la fin de l’Année, l’Italie surtout, prochaine sur la liste à vouloir, eux, carrément sortir de l’Euro et de l’Europe. En Ukraine, la reprise exacerbée des combats et aussi un défaut massif auraient une influence dévastatrice sur les marchés financiers. Un référendum britannique sur une sortie de l’Europe en 2016 va nous apporter du piment. Bref comme dirait Chirac, les emmerdements ça vole en escadrille, ça se vérifie une fois de plus.

À noter la très bonne blague des Américains qui reconnaissent avoir espionné Chirac et Sarkozy mais qui nient farouchement espionner Hollande. Si on ne croit pas celle-là, ils nous en diront une autre, tout aussi savoureuse. L’empire n’a aucun ami, que des objectifs stratégiques et à défaut d’amis, il ne veut que des vassaux dociles, aux ordres, aplatis. Ce que la France est plus ou moins, comme tous les autres pays européens.

Grèce, contagion à d’autres pays, Ukraine, autant de chantiers qui, individuellement ou pire bout à bout pourraient semer un merdier considérable chez nous, et dans les mois qui viennent. Il paraîtrait aussi que la reprise est au rendez-vous en France. C’est une manie de ce gouvernement et du normal qui nous tient lieu de Président de le clamer, trop tôt, et à contresens. Bof ! On attend 2017. Si les Français ont dans l’ensemble une mémoire de poisson rouge, d’autres ont une mémoire d’éléphant et vont faire payer cher dans les urnes les années socialistes à la Hollande et consort.

Mais, patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Où qu’il est notre sauveur ? J’ai beau chercher, rien à l’horizon, et sœur Anne ne voit rien venir. De toutes façons ne cherchez pas, il semble n’y avoir personne.

Algarath

email

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.