L’opinion d’Edward Snowden redonne espoir

snowdenIl y a deux ans, Snowden publiait aux yeux du monde un tombereau de preuves écrasantes que la NSA, la principale agence d’espionnage US, était aussi affaitrée à espionner les Américains que les pays étrangers et ses citoyens, piétinant beaucoup de libertés constitutionnelles, civiles et personnelles. Pour ce qui le concerne et ses efforts de lanceur d’alerte, il était forcé de s’exiler en Russie pour éviter une longue peine de prison aux Etats-Unis.

Voici de sa propre bouche une récente évaluation des progrès faits depuis. Qui mieux que lui peut porter un jugement sur ce qui se passe maintenant depuis le début de ses révélations. Laissons-le parler :

« Au plan privé, il y a eu des moments où j’ai cru que ma vie semblait prendre un tournant où tous mes privilèges devenaient risqués pour rien. Que le public réagirait avec indifférence ou cynisme aux révélations. Je n’ai jamais été aussi reconnaissant d’avoir eu tort à ce point. Deux ans plus tard, la différence est profonde. Au cours d’un seul mois, le programme de surveillance des appels a été déclaré illégal par les tribunaux et désavoué par le Congrès. Après qu’une étude approfondie de la Maison Blanche a prouvé que ce programme de la NSA n’a pas permis de déjouer une seule attaque terroriste, même le Président qui jadis le défendait et critiquait sa révélation au public a ordonné qu’il soit abandonné. Ceci montre la puissance d’un public informé. En ce début de millénaire, peu auraient imaginé que les citoyens des démocraties avancées devraient défendre le concept de société ouverte contre leurs propres dirigeants. Pourtant, l’équilibre de puissance est en train de s’inverser. Nous assistons à l’émergence d’une génération de l’après-terreur, une génération qui rejette le point de vue d’un monde défini par une seule tragédie. Pour la première fois depuis les attaques du 11 Septembre 2001 nous voyons se profiler une politique qui s’éloigne de la réaction et de la peur en faveur de la résistance et de la raison. Avec chaque décision des tribunaux, avec chaque changement des lois, nous démontrons que les faits avérés sont plus convaincants que la peur. En tant que société, nous redécouvrons que la valeur d’un droit n’est pas dans ce qu’il cache, mais dans ce qu’il protège »

Ce message de Snowden est de nature à redonner espoir, même s’il reste encore beaucoup à faire. Il souligne clairement qu’une société informée est apte à changer les choses, à lutter contre les abus des dominants, et remettre en place des lois qui libèrent des entraves.

Faut-il redire que le combat de Snowden porte des similitudes avec les efforts de la Grèce avec Syriza, de l’Espagne avec Podemos, de l’Italie avec le Mouvement 5 Étoiles de Beppe Grillo, et de bien d’autres. De la même façon, les organisations financières non bancaires comme les fonds de retraite, les compagnies d’assurance et certains fonds mutuels, en exigeant des taux d’intérêts longs qui reviennent très rapidement à des moyennes historiques de 4% (partis de près de zéro il y a moins de deux mois), forcent la ploutocratie financière des banques centrales et des financiers internationaux à mettre fin à leur emprise par la dette. Si vous n’êtes pas versé en finances, peut-être ne voyez vous pas que ce processus historique salvateur pour nos libertés est maintenant engagé depuis le printemps 2015. C’est par la finance que nous sommes asservis, par la dette souveraine et le crédit démesuré personnel, par la surconsommation, autant agréable que faite pour nous asservir encore plus.

En dépit de tout, les Peuples ont conscience d’être souverains, ont conscience de la démocratie, et il reste encore assez de votants responsables pour forcer les politiciens, complices et veules, à changer. Comprenant qu’ils perdent pied et qu’ils perdront peut-être ou sans doute la partie, les ploutocrates rentiers de la dette portent des attaques sous forme d’estocades diverses. Réaction à laquelle même des partis et des gouvernements réputés de gauche se prêtent complaisamment et agressivement dans une effusion d’actions ultra libérales. Vous rencontrerez des millions de gens de gauche qui ne reconnaissent plus « leur » gauche, dans ces simulacres du théâtre Kabuki qui cherche à nous divertir des atteintes qui nous sont portées au quotidien. Les guignols grimés de ce théâtre Kabuki qui s’exerce au social s’agitent et édictent des lois liberticides avec des styles très différents, allant de l’insistance fanatique doucereuse aux discours aboyés et aux coups de menton dont certains peuvent croire qu’ils sont des manifestations psychopathiques, dans un climat de « normalité » à mourir de rire, et aussi souvent sous des pluies battantes et sans parapluie qui plus est. Vous reconnaîtrez sans difficulté les individus dépeints ici. Et il faut voir ce que la relève potentielle de tout ce beau monde nous prépare. À prendre peur ! Des chevaux sur le retour qui ont contribué à la ruine de la France, des grosses malignes et malins prêts à tout essayer même le plus dangereux présenté comme remède, des donneurs de leçons qui ont lamentablement failli au cours de décennies d’exercice raté du pouvoir.

L’exemplarité d’Edward Snowden qui a fait cadeau de sa liberté et de sa vie à un retour à la démocratie prouve que l’information non tronquée reste l’espoir de remettre les choses en place. Dans un monde où les medias aux ordres manipulent, mentent, et désinforment, l’information vraie et dépouillée de ses buts viciés de service aux puissants est l’arme la plus puissante et notre raison d’espérer. Car elle refait vibrer nos cordes de liberté désirée et gagne plus de monde à la lucidité. Suivent votes, manifestations citoyennes, et réseaux sociaux pour nommer des politiciens aptes à défendre les idées. Même si des pans entiers de citoyens n’ont pas pris conscience des processus qui nous entravent de plus en plus et des noirs desseins de ceux qui en tirent fortune démesurée et pouvoir absolu, le noyau de ceux qui font bouger les choses gagne en quantité. « Nous partîmes 500 et par un prompt renfort nous nous vîmes 3000 en arrivant au port ». La croissance du nombre des résistants est notre seule force. Le vrai changement ce serait ça et pas la bouillie informe promises par les professionnels de la politique, enfumeurs patentés.

Edward Snowden restera dans l’Histoire, les Hollande, Valls et Valaud-Belkacem ne sont que des accidents malheureux vite oubliés, ainsi que la clique de leurs collaborateurs au gouvernement. Rien de personnel bien sûr, que des mélanges de fanatisme partisan, de cynisme, et d’ambitions personnelles. C’est dans ce contexte que nous sommes embarqués, nous citoyens, et la « relève » est du même tonneau. Pas de quoi trop espérer de ce côté-là. Juppé, Valls et Le Pen préférés des Français pour la Présidentielle ! De Gaulle disait quoi à propos des veaux et des Français ? Il y a des moments où l’on pourrait croire qu’il n’avait pas tout à fait tort, non ?

Algarath

email

2 commentaires

    Laissez un commentaire

     

    La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.