Grèce : Victoire du NON

Oxi-dayEh bien c’est fait, et bien fait. Le Peuple Grec a parlé par ses votes. Les démocrates du monde entier se réjouiront, et pas qu’un peu ! Ça veut dire quoi, la victoire du non en Grèce ?

Pour les Grecs, c’est une fin de non recevoir envers le quarteron de financiers véreux qui les ont toisés de haut, rabaissés plus bas que terre, épouvantés par leurs menaces déplacées. Ce quarteron, composé du FMI, de l’UE, de la BCE et des Allemands n’a pas eu le dernier mot. Il s’est cassé les dents sur l’opposition d’un Peuple qui a démontré son ultime souveraineté. Démuni, précaire, ce Peuple a eu la fierté de résister, donnant une leçon indéniable à tous les ventres mous du monde, vautrés dans leur confort et domptés par la classe dominante.

Avec ce NON, Syriza aura les coudées bien plus franches pour poursuivre les débats. La troïka a agité la menace d’éjecter la Grèce de l’Europe. Outre que c’est illégal, elle n’osera pas déclencher un processus qui se propagerait à d’autres. Elle devra se découvrir plus avant, ses vulnérabilités seront encore plus visibles.

La véritable signification de ce vote, sa portée réelle, c’est que tout n’est pas foutu, les Grecs viennent de nous montrer la voie et la façon de le faire. On peut résister et gagner sa part de liberté. Le vote, arme ultime de la démocratie, garante de la souveraineté. Il reste maintenant à élargir cette première victoire à d’autres Peuples, à d’autres combats. Et ils sont nombreux, tant l’oligarchie a enrobé méthodiquement sa toile pour nous asservir.

Algarath

email

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.