See you soon, Mr Varoufakis

Yanis VaroufakisContre toute attente, Yanis Varoufakis a démissionné à l’issue du référendum qui pourtant lui a donné pleinement raison.

Il y a des gens qui ne méritent pas plus un mandat quelconque qu’un commentaire sur leurs propos, et c’est le cas du recyclé Français qui sévit partout où il passe et brille par sa nullité. Écoutons ainsi le verdict stupide d’Harlem Désir, un médiocre qui n’a jamais rien fait nulle part, qui bulle à Bruxelles, et y traîne ses guêtres, qui glose sur la démission de Yanis Varoufakis : « Varoufakis n’avait pas que des amis ». Outre le fait qu’Harlem Désir, lui, compte assez d’amis pour le sauver d’un anonymat mérité, c’est vrai que Varoufakis avait des ennemis.

On pense bien sûr à Schaüble, l’acariâtre ministre Allemand, mais aussi à beaucoup d’autres qui ont été amenés à discuter et négocier avec Varoufakis. Son style direct tranchait avec celui de ses interlocuteurs. Sa réputation de bretteur expert de la théorie des jeux faisait peur à ceux qui se frottaient à lui et étaient sûrs de ne pas faire le poids. Ses connaissances en économie ne sont pas sans rappeler celles de Dominique Strauss-Kahn et d’un même niveau d’expertise et de bon sens. Les plus grands experts mondiaux en économie et en finance, au nombre desquels des prix Nobel, respectaient Varoufakis et le traitaient à un niveau égal, et pour cause. Mais on se servait de son approche directe et sans complexes pour le disqualifier.

Alors que des politiciens, dont l’immense majorité font simplement une carrière pour leur propre profit, auraient surfé sur le succès du référendum, Yanis Varoufakis fait l’inverse. Lui et Tsipras privilégient l’efficacité des discussions à venir sur la dette et estime qu’ils mettent plus de chances de leur côté en écartant Varoufakis. Dont acte, la décision est prise sans une hésitation.

C’est évidemment rarissime que des hommes politiques mettent au deuxième plan leur carrière pour donner plus de chances au succès de la réussite des entreprises de leur parti. Et il faut saluer ce fait à l’occasion de cette démission surprise.

La qualité reste, l’état d’esprit au service du cause subsiste, intact, au-delà des intérêts privés. Yanis Varoufakis qui, assurément fera carrière et on la pressent prestigieuse autant que méritée, restera dans cette affaire grecque comme un exemple dont tous les politicards devraient s’inspirer. On les appellerait alors politiciens et ils seraient éminemment respectables.

See you soon Mr Varoufakis, à bientôt.

Algarath

email

Laissez un commentaire

 

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.